L'Ecole Rosa Bonheur
16 mars 1822 : Marie-Rosalie Bonheur, dite Rosa Bonheur, naît à Bordeaux. Elle est la fille de Raymond Bonheur,artiste, professeur de dessin, et de Sophie Marquis, musicienne.Rosa grandit au sein d’une famille heureuse, ouverte et cultivée, avec ses deux frères, Auguste et Isidore nés en 1824 et 1827. Elle aime particulièrement retrouver la campagne de Quinsac où son grand-père maternel, M. Dublan de Lahet, possède une propriété. 

1828-1833 : Des années noires. Le père de Rosa part s’installer à Paris et sa famille le rejoint un an après. En 1830, naît la petite Juliette, la Révolution de Juillet éclate, Raymond Bonheur s’engage dans des activités saint-simoniennes et le généreux protecteur, M. Dubland de Lahet, meurt, privant ainsi sa fille d’un soutien indispensable. La ruine est telle qu’en 1833, quand Sophie décède à l’âge de trente-six ans, son corps est déposé à la fosse commune du cimetière de Montmartre et les enfants sont séparés. Au cours de cette période chaotique,Rosa dessine et c’est avec son frère Auguste qu’elle prend ses premières leçons de peinture. 

1834-1835 : Raymond Bonheur s’enthousiasme pour Les Chevaliers du Temple, une société secrète militant pour la liberté et le progrès. Rosa est baptisée Chevalière du Temple à l’âge de quatorze ans. Indépendante et rebelle, elle ne peut continuer à vivre au pensionnat.Son père comprend la détermination de la jeune artiste pour la peinture des animaux, sa seule passion, et il consent enfin à la former. Une fille ne pouvant pas à cette époque suivre des cours artistiques, il sera son seul maître et Rosa s’installe dans l’atelier de Tournelles avec ses frères, comme elle le souhaitait. 

1837 : Rosa Bonheur fait la connaissance de Nathalie Micas, présentée à son père pour qu’il fasse son portrait. Cette rencontre est déterminante dans la vie personnelle des deux jeunes filles. 

Salons de 1841 à 1847 : Rosa Bonheur expose pour la première fois en 1841 : Deux lapins, Chèvres et moutons,deux toiles qui ouvrent sa carrière picturale. Suivent en 1842 Animaux dans un pâturage, effet du soir et Vache couchée dans un pâturage, en 1843, Un Taureau, en 1844 Vaches au pâturage, bord de la Marne.Ses œuvres sont désormais signées ‘ Rosa Bonheur’, en souvenir du prénom cher à sa mère. En 1845 elle expose six toiles avec succès, part travailler dans le Cantal et obtient une médaille de première classe pour quatre tableaux envoyés au salon de 1847. 

Salon de 1848: Rosa Bonheur est récompensée pour l'ensemble de son œuvre et reçoit la médaille d’or pour plusieurs toiles dont Bœufs et taureaux, race du cantal (dite de Salers)

Salon de 1849 : Succès retentissant du Labourage nivernais, sa première œuvre importante commandée par l’État (médaille d’Or). La même année, son père décède. Elle voyage dans les Pyrénées avec Nathalie.Assistée de sa sœur Juliette, Rosa prend la direction de l’École Nationale de dessin pour les filles qu’avait ouverte son père. 
Salon de 1853 :Le Marché aux chevaux remporte un franc succès etla réputation de Rosa Bonheur franchit les frontières nationales. Un marchand belge installé à Londres, Ernest Gambart, achète le tableau et s’occupe de diffuser les œuvres de l’artiste en Angleterre et aux Etats-Unis. Un climat d’amitié et de confiance les liera jusqu’à la mort. Les expositions se multiplient depuis 1851, à Bruxelleset Bordeaux notamment. 

Salon de 1855 : La Fenaison en Auvergne, une commande du duc de Morny, remporte la médaille d’or.Elle part pour l’Angleterre et l’Écosse en 1856, où elle est couverte d’honneurs et engrange les commandes. Elle est présentée à la reine Victoria et aux peintres anglais. Elle expose aussi à l’Académie Royale d’Amsterdam. 

De 1859 à 1963 : Rosa Bonheur achète le Château de By à Thomery, en bordure de la Forêt de Fontainebleau et y fera aménager son atelier, afin d’y loger ses animaux. Elle s’y installe dès 1860 avec Nathalie et Mme Micas, abandonnant la vie parisienne. Juliette lui succède à l’École de dessin. 

1865: Rosa Bonheur est décorée du grade de chevalier de la Légion d’Honneur par l’impératrice Eugénie dans son Château de By. Elle est la première femme artiste à recevoir cette distinction pour fait artistique, elle enporteral’insigne toute sa vie. Georges Bizet compose une Ode en son honneur. Lors de l’Exposition universelle à Paris en 1867, elle présente dix toiles mais on lui reproche son influence anglaise. 

1870 : Pendant la guerre, Rosa Bonheur reste à By. Sans force pour travailler, elle est néanmoins représentée à l’Exposition internationale de Londres. Après une série de deuils familiaux en 1875, elle prend l’habitude de séjourner chaque hiver avec Nathalie à Nice où vit son ami Gambart. Elle devient célèbre aux Etats-Unis.

1889 : Après le décès de Nathalie, son amie depuis 52 ans, elle fait la connaissance d’une jeune portraitiste américaine, Anna Klumpke, qui jouera un grand rôle dans les dernières années de sa vie. Lors de l’Exposition universelle,Rosa Bonheur rencontre le Colonel Cody, Buffalo Bill, qui anime à Boulognele spectacle“ Wild West Show“. Depuis 1845 Rosa s’intéresse aux Indiens et aux Etats-Unis et elle va pouvoir réaliser des études dans l’enceinte du cirque. Buffalo Bill vient la voir à Byet lui exprime son admiration. 

1894 : Rosa Bonheur est la première femme à recevoir le titre d’Officier de la Légion d’honneur (sous la présidence de Sadi-Carnot). Anna Klumpke se consacre à sa biographie. 
Salon de 1899 : Elle expose son dernier tableau Vache et taureau d'Auvergne,race du Cantal, et refuse, (par humilité ou orgueil ?), la médaille d’honneur qui lui est décernée. 

25 mai 1899 : Rosa Bonheur n’aura pas le temps d’achever avec Anna la grande œuvre ultime, La Foulaison du blé en Camargue, elle meurt dans son Château de By, « les pinceaux à la main ».